Un fonctionnaire du gouvernement de Hong Kong a déclaré qu’il n’est pas prévu d’émettre une monnaie numérique de banque centrale, car les systèmes de paiement existants fonctionnent très bien.

Hong Kong n’émettra pas actuellement de monnaie numérique de banque centrale (CBDC), citant l’existence d’une infrastructure de paiement déjà efficace, selon un communiqué de presse du gouvernement publié hier, le 30 mai.

Joseph Chan, secrétaire par intérim pour les services financiers et le Trésor au Conseil législatif, a déclaré, en réponse à des questions sur la Banque populaire de Chine (PBoC) et l’Autorité monétaire de Hong Kong (HKMA) émettant des monnaies numériques, que bien que la HKMA surveille le développement des cryptocurrences dans le monde entier, ils n’ont « aucun plan pour émettre des CBDC à ce stade »

Selon Chan, le Comité des paiements et des infrastructures de marché (CPMI) – composé de membres de la PBoC et de la HKMA – et le Comité des marchés (MC) de la Banque des règlements internationaux ont collaboré à une étude sur l’effet de la CBDC. Leur rapport récemment publié par la CBDC conclut que  » les mises en œuvre proposées actuellement pour les paiements de gros de la CBDC ressemblent à peu près aux infrastructures existantes et ne sont pas clairement supérieures à celles-ci  » :

« La CBDC, qui pourrait être mise à la disposition du grand public et servir d’instrument de paiement alternatif sûr, robuste et pratique, soulève des questions et des défis importants qu’il faudrait aborder

Le rapport note également que tout avantage de la CBDC peut être limité par l’existence de produits de paiement de détail privés efficaces, ce qui fait de la CBDC  » un sujet qui nécessite une étude plus approfondie et plus de travail de preuve de concept pour déterminer sa faisabilité pour les applications de paiement  »

Chan conclut que le gouvernement surveillera également le développement international des offres initiales de pièces de monnaie (ICO) et des cryptocurrences, afin de  » protéger les intérêts du public investisseur  » à Hong Kong.

Au début du mois de mai, le Hong Kong Financial Services and Treasury (FSTB) a publié son propre rapport selon lequel l’utilisation de la cryptocurrency n’a pas d’impact visible sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.